Actualités

Le trouble bipolaire : un diagnostic tardif aux lourdes conséquences ?

Numéro 825 du 08 septembre 2016

Contexte

Pathologie psychiatrique chronique et récurrente, de présentation clinique et d’évolution très variables, débutant majoritairement chez l’adolescent et l’adulte jeune, le trouble bipolaire, anciennement psychose maniaco-dépressive, est l’une des pathologies psychiatriques les plus sévères. Trouble de l’humeur alternant épisode(s) maniaque(s) ou hypomaniaque(s) (exaltation de l’humeur, agitation psychomotrice) et épisode(s) dépressif(s) avec des intervalles de rémission, il conduit fréquemment à des tentatives de suicide, avec de nombreuses comorbidités.
Pourtant les études pointent les errances diagnostiques encore fréquentes. Il s’écoule en moyenne 10
ans entre le début de la maladie et l’instauration d’un traitement adapté des patients atteints de
troubles bipolaires aggravant ainsi leur vécu douloureux et celui de leur entourage. Un repérage
diagnostic précoce et une prise en charge adaptée permettent d’améliorer le pronostic de la maladie,
lié principalement au risque suicidaire et aux conséquences psychosociales pouvant conduire à la
reconnaissance du statut de handicap psychique.
Quelle est la fréquence du trouble bipolaire ? Quand y penser ? Quel est le vécu des patients et des
familles ? Plusieurs études récentes et recommandations apportent des éléments de réponse [1-6].

1

pery


Laisser une réponse

X